Challenge for Europe

Pour équilibrer notre alimentation, nous admettons le besoin d’éléments très différents, comme les lipides et les protéines, sans vouloir les mesurer avec les mêmes unités. Pourquoi en va-t-il autrement pour l’économie ? Pourquoi utiliser la même unité de compte, l’euro, pour mesurer la consommation de travail humain et la consommation d’énergie ? En le faisant, nous nous condamnons à un dilemme : réduire la consommation pour sauvegarder la planète, en risquant un chômage massif, ou stimuler la croissance pour sauvegarder l’emploi, au prix de la ruine de la planète. Notre système actuel se pilote avec une pédale qui est à la fois le frein et l’accélérateur. Pour résoudre ce dilemme, le développement de l’informatique et du porte monnaie électronique permet aujourd’hui d’imaginer une monnaie à plusieurs dimensions.

—————————————————————

L’auteur, Pierre Calame, Français, a été de 1968 à 1988 fonctionnaire au Ministère de l’équipement où il a occupé différents postes de responsabilité aussi bien au niveau territorial qu’au niveau central et à l’international. Il dirige, depuis 1988, la fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme, fondation de droit suisse à vocation internationale. Spécialiste de la gouvernance, il a notamment écrit : l’État au coeur avec André Talmant (Desclée de Brouwer, 1997) sur la réforme de l’État ; la démocratie en miettes ; pour une révolution de la gouvernance (Descartes et cie et ECLM, 2003) qui propose de refonder la gouvernance sur les principes universels qui se sont dégagés de l’expérience ; Essai sur l’oeconomie (ECLM, 2009) qui propose de repenser l’économie à partir des principes communs de gouvernance.

Ceci est un résumé, pour lire l’article complet cliquez ici

Author :
Print

Comments

Comments are closed.